Mammographie

La mammographie est un examen radiologique permettant le dépistage des lésions précancéreuses et cancéreuses du sein et le diagnostic des symptômes se rapportant aux pathologies de la glande mammaire.

Qu’est ce qu’une « Mammographie »

La mammographie est un examen radiologique permettant le dépistage des lésions précancéreuses et cancéreuses du sein et le diagnostic des symptômes se rapportant aux pathologies de la glande mammaire (écoulements mamelonnaires, douleurs, tumeurs, etc…).

Le sénographe (ou mammographe) est l’appareil radiologique qui permet d’effectuer une mammographie.

Préparation pour passer une mammographie

Vous devrez préciser lors de la prise de rendez-vous si vous êtes enceinte ou susceptible de l’être (retard de règles). Pas d’autre préparation particulière.

Papiers dont il faut être munis avant tout examen :

  • Ordonnance de l’examen de votre médecin
  • Votre carte vitale à jour ou son attestation papier
  • Un justificatif de la déclaration de votre médecin référent
  • Votre carte de mutuelle
  • La liste des médicaments que vous prenez
  • Toutes les explorations radiographiques et d’imagerie médicale que vous avez déjà eues

Le déroulement de la mammographie comporte trois étapes :

  1. Se mettre torse nu. Toutes les traces de déodorant ou de talc sont susceptibles de venir modifier le cliché radiologique.
  2. La patiente doit se mettre face à l’appareil. Le technicien manipulateur va comprimer ensuite un sein entre deux plaques. Bien entendu il ne s’agit pas à d’une posture particulièrement confortable mais elle n’est pas douloureuse. Un léger réchauffement des plaques est quelquefois effectué par les manipulateurs radio, au préalable, ce qui empêche la sensation désagréable liée au froid qui, de toute façon, ne dure pas plus de quelques secondes.
  3. Chaque sein est consécutivement mis entre deux plaques afin d’effectuer une bonne compression et d’obtenir le meilleur cliché possible.
Mammographie

La mammographie est un examen radiologique des seins pour lequel il n’est pas nécessaire d’utiliser de trop fortes dose de rayons X. Il s’agit d’une technique d’imagerie très efficace pour détecter les cancers du sein ou les autres anomalies de la glande mammaire.

Chez la femme jeune la mammographie est moins efficace que la chez la femme de plus de 50 ans. En effet le tissu qui constitue la glande mammaire est encore trop dense et ne permet pas de distinguer clairement les anomalies.

La mammographie demeure néanmoins, en comparaison avec l’autoexamen des glandes mammaires, pour les personnes jeunes, l’examen le plus intéressant en termes de performances. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire de faire appel à la mammographie afin d’évaluer entre autres une tumeur que l’on a éventuellement découverte au moment de l’examen palpatoire du sein ou encore afin de vérifier s’il existe pas d’autre tumeur alors qu’une première a déjà été détectée. L’échographie mammaire est l’autre examen intéressant à pratiquer afin d’examiner les tumeurs décelables chez les femmes âgées de 35 ans et moins de 35 ans.

La fréquence des mammographies est d’une tous les deux ans malgré les différentes polémiques qui opposent les spécialistes en gynécologie et en sénologie (spécialiste du sein).
Les résultats sont obtenus quasi immédiatement au cabinet de radiologie. Il est nécessaire de s’adresser à un radiologue entraîné qui fait plus de 1000 mammographies par an.

La plupart des femmes ne reviennent pas après avoir passé une mammographie. Néanmoins quelques-unes seulement d’entre elles vont devoir revenir enfin d’effectuer des examens complémentaires. Généralement il s’agit de fausses alertes mais plus rarement la mammographie permet de mettre en évidence des tumeurs cancéreuses du sein qui nécessiteront bien entendu un avis spécialisé.

Les microcalcifications sont visibles à la mammographie. Il s’agit de dépôts de calcium apparaissant sur les clichés radiographiques sous la forme de petites tâches. Généralement ce sont des lésions de nature bénigne que l’on voit chez un grand nombre de femmes. Néanmoins leur présence peut éventuellement révéler une tumeur cancéreuse. C’est la raison pour laquelle le radiologue, en théorie, devra signaler toujours leur présence, ce qui risque d’inquiéter la patiente légitimement. Si elles apparaissent en amas dans un seul des seins ceci est plus inquiétant.

Technique médicale

La mammographie, qui n’entraîne pas d’effets secondaires, doit être réalisée au cours de la première moitié du cycle menstruel.

Elle est néanmoins contre-indiquée chez la femme enceinte, en raison de l’utilisation de rayonnement X, même en faible quantité.

Cette radiographie est plus ou moins désagréable selon les femmes.

Aucune préparation n’est nécessaire, sauf quand on constate un écoulement par le mamelon.
Elle s’effectue le plus souvent de face et de profil et concerne les deux seins (mammographie bilatérale). Dans certains cas, il est jugé nécessaire d’effectuer un troisième cliché appelé radiographie de biais (trois quarts). Cette incidence radiologique permet l’investigation du creux axillaire (aisselle).
L’examen, d’une durée d’environ 20 minutes, s’effectue au cabinet radiologique mais pas par n’importe quel radiologue. En effet, celui-ci doit réaliser au minimum 1000 clichés radiographiques du sein par an pour avoir l’autorisation de pratiquer ce type de radiographies.
Le sein nu est écrasé entre deux plaques (le plateau porte-film et une plaque transparente) puis le cliché est pris.
L’écrasement du sein a pour but de donner à la glande mammaire une épaisseur aussi homogène que possible.
Si le radiologue le juge utile, d’autres clichés sont effectués.

À Propos de ces informations :

Ces informations à visée éducative et n’ayant pas vocation à remplacer la consultation d’un médecin, ont été rédigées par les professionnels de santé de l’équipe du Centre Imagerie du Nord :
– Dr MELLERIO Charles : Médecin Spécialiste en Neuro-radiologie
– Dr SENECHAL Quentin : Médecin Spécialiste en Radiologie Interventionelle
– ZOUZOUA Guy : Directeur des Systèmes d’information pour les éléments techniques

Leurs écrits s’appuient notamment sur la Société Française de Radiologie.

Dernière mise à jour : Décembre 2017.